Populisme, la nouvelle menace mondiale

par | Avr 14, 2020 | Science Politique

Un peu de contexte…

Aujourd’hui, les leaders politiques sont de plus en plus corrompus, déconnectés de la réalité, ne représentent plus le peuple et ne communiquent plus avec lui. Le voyant comme ignorant, trop émotionnel, insuffisamment informé, incapable de prendre une distance par rapport à ses affects et sans sens d’expertise. On assiste à une crise de la représentation et de la représentativité politique.

De la montée du Rassemblement Nationale en France au Brexit, de l’Allemagne à l’Italie et ailleurs, les discours populistes se multiplient.

C’est l’ensemble des crises qui a déclenché la montée des populismes en Europe avec un élan de méfiance et de défiance envers les institutions. La crise économique génère chômage et austérité et la crise des réfugiés peut créer un sentiment identitaire.

À l’heure où la politique est de plus en plus technocratique et où les citoyen se sentent presque abandonnés par les élites politiques, le populisme est en essor un peu partout dans le monde.

Mais qu’est-ce que le populisme ?

« Le mot “populisme” mis à toutes les sauces perd toute signification et empêche tout diagnostic pertinent »

On assiste à l’essor d’une angoisse populiste, c’est-à-dire que le peuple en a marre de ce système, il se méfie grandement des élites et ne tolère plus la corruption.

via GIPHY

Le populisme désigne un “style politique” anti-systémique et anti-pluraliste qui se veut représentant de l’homme ordinaire, du peuple si longtemps méprisé par les élites. Aujourd’hui, être populiste, c’est savoir représenter la volonté du peuple, les citoyens dans l’ensemble en étant leur porte-parole direct.

Le populisme peut aussi bien être de droite que de gauche. À gauche, il s’appelle populisme protestataire ou protestataire-sociétal, et s’appuie sur les inégalités. À droite, c’est sur le sentiment d’appartenance identitaire qu’on joue. On parle alors de populisme identitaire ou identitaire-national (extrême droite).

Ce terme est opposable à l’élitisme puisqu’il prétend placer les sentiments du peuple au centre du débat indépendamment des élites.

“Je ne fais que porter la voix du peuple qu’on n’écoute pas, un peuple qui est plus proche de la réalité que les élites.”

Le populiste joue sur l’empathie et se dit un “Citoyen comme les autres”. Il plaide les aspirations et les désirs du peuple, les flatte, prêtant être le représentant du peuple et la voix des minorités qui n’arrivent pas à s’exprimer. Il parle du peuple comme la seule source de vérité et de bon sens.

Les populistes disent comprendre réellement le peuple et s’opposent aux élites qu’ils veulent corriger. Les discours populistes permettent au peuple de se reconnaître, de voir qu’ils sont compris, dire les mots tels que le peuple les dit. Ils donnent l’impression de donner plus de sens et d’être les seuls interprètes authentiques. Ils utilisent parfois des discours démagogiques, anti-démocratiques, autoritaires ou totalitaires.

Populiste ! Une insulte ?

Le mot populisme est parfois employé comme une insulte dans les débats politiques. Venant remplacer le terme démagogue pour dire exactement la même chose : celui qui flatte le peuple, profite de ses excès et se sert de lui pour sa propre carrière politique. Le mot populiste devient synonyme de mauvais, méchant ou grossier.

Pour délégitimer un adversaire, il suffit aujourd’hui d’affirmer qu’il est « populiste » ou « complotiste » sans preuve ou discussion. Cela permet aussi d’éviter le débat d’idées.

La stratégie du langage populiste

“Dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas”

Une rhétorique populiste :

  • Basée sur les émotions : la peur, l’indignation, la colère, le rire, la moquerie… Utilise un registre épidictique pour faire l’éloge du peuple et le “nous” à la place du “eux” pour être plus proche du “lui”.
  • Qui contracte la réalité avec des idées simplistes : slogans et phrases courts ayant plus de poids avec des mots passent partout vides de sens.
  • Qui empêche la contre-argumentation : utilise seulement des sous-entendus afin de laisser le récepteur s’en faire sa propre idée.

Les populistes utilisent des phrases et termes stéréotypés comme “politiquement correct”, “bien-pensance”, “politico-médiatique”…

Le populisme fait référence au peuple, mais quel peuple ?

Le terme peuple peut renvoyer à plusieurs significations :

  • L’ensemble des citoyens
  • Un groupe ayant une histoire commune, des origines communes ou un mythe commun.
  • Ceux qui n’ont jamais le pouvoir, écartés des responsabilités et de la richesse. Les populistes n’ont pas les mêmes discours en fonction de la définition qu’ils utilisent pour parler du peuple.

Quels sont ses ressorts ?

Tout d’abord, le politiste parle au nom d’un peuple “homogène”, se met au même niveau que les citoyens et s’oppose aux élites politiques.

Un leader charismatique

via GIPHY

Le chef est le porte-voix du discours anti-système. Il recourt systématiquement à la démagogie et à l’outrance.

“La stratégie populiste pousse à l’hypersonnalisation du mouvement à travers la figure charismatique d’un leader à la fois “viril” et “honnête” “, relève Pierre-André Taguieff.

Un bouc-émissaire

La rhétorique s’appuie sur la désignation de responsables, de coupables d’une situation de crise.

Les populistes considèrent que des élites immorales et corrompues viennent constamment s’opposer à un peuple moralement pur. Ces élites sont la classe politique dirigeante, la justice, les patrons de grandes entreprises ou les médias.)

Le journalisme est aussi leur cible, les populistes le qualifie de profession du mensonge.

Saper les institutions

Les populistes rejettent les médias traditionnels pour privilégier leurs propres organes de diffusion.

Avec l’émergence du numérique, ils se tournent vers une communication politique inédite :

  • Les réseaux sociaux
  • Les vidéos face-caméra

Exemples de campagnes numériques populistes percutantes :

  • Trump sur Twitter : utilise Twitter pour critiquer l’opposition et les médias.
  • Mélenchon sur YouTube : poste des vidéos où ils s’indignent face aux autorités, des vidéos où ils affirment qu’il comprend le peuple et utilisent toutes les stratégies de langages énoncées plus haut.

via GIPHY

Mélenchon veut montrer par cette vidéo, qu’il est aussi victime de perquisitions et exprime son mécontentement face à cette situation “anormale”. Par cette vidéo, il montre qu’il est un “citoyen comme les autres”. Il montre aussi son opposition aux élites et aux autorités. Il utilise la technique de la vidéo face-caméra pour être plus proche du peuple.

Écraser l’opposition

Il dresse le peuple contre ceux qui auraient conduit le pays à la crise économique et mis en danger son identité :

  • Le peuple contre les élites
  • Les innocents contre les coupables
  • Les petits contre les gros

Il homogénéise la classe politique et l’accuse d’utiliser un langage abstrait.

Quel danger ?

  • S’adresser directement au peuple s’est prendre le risque qu’il y ai des soulèvements violents et dangereux entre le peuple.
  • Le populisme prend le peuple dans son ensemble et ne fait aucune distinction là où on devrait en faire, car il ne veut pas faire de catégories au sein du peuple.
  • Menace la mondialisation et l’économie moderne. Cela représente un vrai danger pour l’ouverture économique, les avancées technologiques et les libertés individuelles.

Montée en puissance du populisme dans le monde

  • En France, c’est surtout la montée de la France insoumise et du Rassemblement National.

via GIPHY

  • Au Brésil : Bolsonaro est surnommé “tropical Trump”. Qualifié d’hors-système (homophobe, misogyne, raciste, nostalgique de la dictature militaire) il veut mettre en place une police militaire. La montée de Bolsonaro au pouvoir peut être expliquée du fait que le Brésil soit rongé par la corruption et qu’avec les nombreuses crises rencontrées la population a besoin d’ordres et son programme néo-libéral est rassurant.

Bolsonaro, président du Brésil

À toutes époques, un besoin d’ordre se fait ressentir.

Les discours nationalistes et populistes gagnent du terrain, en Italie, Pologne, Hongrie, les Etats-Unis, Les Philippines…

Quel destin pour les leaders populistes une fois au pouvoir?

Une tentation autoritaire

Des mesures de protection empiétant sur l’Etat de droit et sur les libertés fondamentales.

Exemple :

  • Etats-Unis = Trump
  • Russie = Poutine
  • Philippines = Duterte

via GIPHY / Duterte, le président populiste des Philippines.

La réussite du populisme en Suisse

via GIPHY

La Suisse est devenue une démocratie populiste. C’est-à-dire que le peuple est consulté pour la prise de décision (démocratie directe).

On compte quatre pouvoirs fondamentaux : le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif, le pouvoir judiciaire et le pouvoir du peuple. C’est le peuple qui a le dernier mot sur le débat politique.

Quand les élites vont à l’encontre de la volonté du peuple, elles sont sanctionnées.

Sources :

Sauver l’Humanité avec un Donut?

La théorie du Donut de Kate Raworth pourrait bientôt transformer notre système économique, sauver l’Humanité et notre environnement tout en favorisant la justice sociale.

Pourquoi choisir d’étudier à la Sorbonne ?

La Sorbonne est une prestigieuse université française reconnue à l’international. Elle fait partie des plus vieilles universités du monde. Son Histoire débute au Moyen-Age.

Les “Parcoursup” étrangers sont-ils plus performants qu’en France ?

La Cour des comptes montre que Parcoursup est peu efficace, bourré de failles et que la protection des données des élèves est très fragile. Voyons comment se passe l’admission post bac à l’étranger.

« Le jour d’après, quand nous aurons gagné, ne sera pas un retour au jour d’avant »

La notion de démondialisation fait beaucoup débat en ces temps de pandémie. Les élites remettent en question cette organisation qui se révèle en réalité plus fragile que ce qu’on pensait. Il a suffit d’une épidémie en Chine pour suspendre presque tout le système commerciale international…

12 000 satellites, la 5G partout, mais à quel prix ?

Le projet StarLink désigne les satellites de télécommunications positionnés sous orbite terrestre basse d’Elon Musk. L’objectif est de proposer un accès internet à haut débit dans le monde entier, partout, vraiment partout !

Quand la Chine dépasse Black Mirror

Une surveillance de masse, des caméras de surveillance à reconnaissance faciale, des citoyens notés par le gouvernement, Black Mirror devient réalité en Chine.

Non, ce n’était pas mieux avant !

“Malgré ce que nous racontent les actualités et diverses autorités, le grand récit de notre ère, c’est que nous assistons à la plus importante amélioration des conditions de vie que le monde aie connue.”

150 français tirés au sort proposent des lois pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici 2030

Le peuple français demande une meilleure intégration aux décisions du pays. La réintroduction d’un équilibre est indispensable. C’est dans cet élan que la convention citoyenne à vu le jour avec un enjeu crucial : le climat.

On ne sait pas ce qu’il se passe, personne le sait

La population mondiale est menacée par le virus et l’économie mondiale est en déclin. Malgré des mois de recherches sur le Covid-19, nous en savons encore très peu…

Populisme, la nouvelle menace mondiale

A l’heure où la politique est de plus en plus technocratique et où les citoyen se sentent abandonnés par leurs élites politiques, le populisme est en essor un peu partout dans le monde.

Fake news, infos déformées, rumeurs, cris au complot et conformisme, comment s’en libérer ?

Aujourd’hui avoir un esprit critique n’a jamais été aussi important. Sur les réseaux-sociaux, on assiste à un défoulement d’informations, entre fake news, informations déformées, rumeurs et cris au complot, les gens ne prennent pas le temps de vérifier leurs sources ou prennent un malin plaisir à répandre de fausses informations…

L’Homme, un être obéissant ?

Tu penses que tu n’obéiras jamais à un ordre immoral et contraire à tes valeurs ? 65 personnes pensaient la même chose avant de se porter candidat pour le jeu télévisé “jeu de la mort” inspiré de l’expérience de Milgram (1963).

Les représentants politiques n’abusent-ils pas du secret ?

Nous entrons dans une ère de transparence, qui semble sculpter tous les aspects de notre vie. Mais qu’en est-il du secret en politique ? Faut-il abolir tous secrets politiques au nom de la totale transparence ou existe-il encore des secrets essentiels à la continuité de la démocratie ?