« Le jour d’après, quand nous aurons gagné, ne sera pas un retour au jour d’avant »

par | Mai 18, 2020 | Décryptages

« Avant, les événements qui se déroulaient dans le monde n’étaient pas liés entre eux. Depuis, ils sont tous dépendants les uns des autres. »

La mondialisation menacée

conteneurs intermodaux classés de couleurs variées

La mondialisation désigne le processus par lequel les relations entre les nations sont devenues interdépendantes et ont dépassé les limites physiques et géographiques qui pouvaient exister auparavant.

Elle a participé à la création de :

  • La division internationale du travail (DIT)
  • Les investissements directs à l’étranger (IDE) de grandes firmes dites ” transnationales” (FTN).
  • L’organisation de décomposition internationale du processus productif (DIPP) : la répartition des différents stades de la fabrication d’un produit entre plusieurs pays, afin d’en déduire le coût

L’entreprise General Motors par exemple utilise cette dernière. Ainsi, le montage et l’assemblage se passent en Corée du Sud, les composants de haute-technologie se produisent au Japon, le traitement des données s’effectue en Irlande… Grâce à cette organisation, une entreprise peut effectuer certaines productions dans les pays les mieux adaptés, les plus compétant ou, où la main-d’œuvre est peu coûteuse ou alors très qualifiée.

Au contraire, certains pays font le choix du protectionnisme afin de mieux valoriser leur production, leur main-d’œuvre, l’économie nationale. Ils peuvent par exemple, jouer sur les taxes douanières. Imposer des droits de douane, subventions aux exportations avec les politiques de quotas ou les barrières à l’entrée (normes sanitaires, normes de sécurité, normes d’hygiène…) pour favoriser les produits locaux.

C’est le cas des Etats-Unis qui ont renforcé leurs mesures protectionnistes en 2018 au nom de la souveraineté nationale. Afin de restituer l’auto-suffisance du pays (sa capacité à subvenir à ses propres besoins). Ce qui a provoqué une guerre commerciale entre les Etats-Unis, la Chine et l’Union européenne.

L’économiste Maurice Allais soutient cette idée qui prône la protection des industries naissantes, et l’application de mesures qui favorisent les activités nationales et pénalisent la concurrence étrangère.

L’arrivée du Covid-19

« Le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant » dit le président Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée, lundi 16 mars 2020.

L’arrivée du Covid19, a été un grand bouleversement pour le commerce mondiale. Les firmes transnationales se sont stoppées puisqu’elles produisent à l’étranger. La majorité des pays ont fermé leurs frontières. Ils importent beaucoup moins qu’avant et encouragent leurs producteurs à produire localement. C’est un point positif de cette crise, puisque de nombreux individus qui n’avaient pas d’emplois peuvent désormais travailler en renfort pour contribuer à cette production. Avec pour objectif de minimiser les importations de produits étrangers.

via GIPHY

La notion de démondialisation fait beaucoup débat en ces temps de pandémie. Les élites remettent en question cette organisation qui se révèle en réalité plus fragile que ce qu’on pensait. Il a suffi d’une épidémie en Chine pour suspendre presque tout le système commercial international.

Libre-échange ou protectionnisme ?

Pont pendant la nuit Paris

Il ne faut pas oublier que la mondialisation permet aux pays “d’utiliser le savoir et la technologie qui ont nécessité plusieurs générations et d’énormes sommes (…) Les infrastructures créées pour le commerce et la communication permettent aussi de transmettre les idées, la science et la technologie à travers les frontières, en un cercle vertueux.” Affirme Johan Norberg dans son best seller “Non, ce n’était pas mieux avant”. On le voit quand les scientifiques et médecins tentent de trouver un vaccin contre le Covid19 qui servira pour le monde entier. De plus, Internet permet de suivre la propagation du virus et facilite la coopération internationale entre institutions, scientifiques et professionnels de santé. Les pays n’ayant pas encore atteint, le pic du virus peuvent prendre exemple sur les pays l’ayant déjà atteint c’est le seul moyen qui permet d’anticiper et de savoir à quoi s’attendre.

Dans son allocution le 12 mars 2020, Emmanuel Macron dit vouloir éviter le repli nationaliste. Il dit qu’il est nécessaire de coopérer, de réduire les échanges durant cette période et de prendre des mesures de contrôles pertinentes à l’échelle européenne. Sur le plan internationale, il affirme qu’on a “la capacité à voir vite et à agir ensemble” dans le cadre du G7 et G20.

Un modèle économique libéral et individualiste qui révèle ses failles

via GIPHY

Le Covid19 a révélé les faiblesses du modèle économique libéral et individualiste. Les failles sont entre-autre :

  • L’affaiblissement du service public de santé au profit du privé
  • Le manque de moyens dans les hôpitaux
  • Le nombre insuffisant de lits de réanimation
  • L’insuffisance de personnels hospitaliers
  • Le manque de masques, de médicaments, et l’absence de dépistage systématique du virus dans la population…

C’est pour cela qu’on assiste en France à un retour de l'”Etat providence“, qui était en recul ces dernières années. Avec une mise en place d’un chômage partiel, un confinement national, report du prélèvement des charges sociales et des impôts pour les entreprises, l’aide des banques pour que le crédit ne s’arrête pas, etc. Emmanuel Macron préconise l’importance de « l’Etat-providence », de la « santé gratuite sans condition de revenus » et « des biens et services qui doivent être placés en dehors des lois du marché » dans cette situation de pandémie.

On peut aussi penser à la fortification d’une société encore plus vigilante allant entre autres contre nos libertés individuelles et nos droits constitutionnels. La dénonciation au nom de la “solidarité nationale” et le renforcement des contrôles et surveillances policières peuvent nous faire tendre à un basculement autoritaire. En ces temps de crise, il sera difficile de ne pas déborder sur l’Etat de droit. Par exemple, l’application “StopCovid” du gouvernement, qui sera utilisable prochainement, a pour but de détecter les personnes risquant d’être infectées par le coronavirus. Mais pouvons-nous être sûre qu’une fois la crise terminée le gouvernement n’utilisera pas les données récoltées à notre insu ?

Démondialisation imminente ?

La démondialisation est un concept prônant une nouvelle organisation de l’économie mondiale, en limitant le libre-échange, favorisant la relocalisation de la production et des emplois ainsi qu’un retour au protectionnisme. Ce concept cache aussi un objectif écologique : La réduction de la pollution et de la consommation d’énergie. En repensant nos modes de consommation pour la création d’un “nouveau monde“.

Beaucoup critiquent la mondialisation capitaliste, pour des raisons environnementales, de pauvreté et surtout en ce moment à cause de la crise. La mondialisation est responsable d’une part importante de la consommation d’énergie et de la pollution, alimentant la crise écologique concernant le réchauffement climatique et la survie de nombreuses espèces.

Mais on sait que le commerce international a permis de pacifier les relations entre les États, d’amener la démocratie et la liberté. Le libre-échange permet aux consommateurs de se procurer des biens et d’avoir le choix entre plusieurs produits proposés. Cela renforce la compétitivité et force les entreprises à proposer des produits toujours de meilleure qualité ou moins chère que les autres. La mondialisation est d’ailleurs profitable aux plus pauvres, puisque plus la croissance économique augmente plus le revenu des pauvres augmente. Le recours à la délocalisation répond à une logique capitaliste de recherche de maximisation du profit, de la productivité et de la compétitivité. “Plus la croissance d’un pays a été forte au cours des 20 dernières années, plus la pauvreté, la mortalité infantile et l’analphabétisme ont diminué.” Affirmait l’ONU et la croissance économique est permise grâce à la mondialisation.

De plus, cela force les employeurs locaux à mieux payer leurs salariés et à leur offrir des meilleures conditions de travail pour attirer et garder des salariés qui pourraient aller voir ailleurs.

Repenser notre modèle

Réunion, travail en équipe

Alors que nous avons identifié les failles de notre modèle, il est important d’empêcher une prochaine catastrophe de reproduire les mêmes conséquences néfastes sur notre société.

Il est évident que cette crise révèle toutes les fragilités de la mondialisation actuelle avec une trop forte interdépendance des territoires entre eux.

Premièrement, il conviendrait de revoir le modèle productif français et de produire plus de « made in France ». La stratégie du “zéro stock” pose un réel problème en cette période où les flux sont ralentis et où les frontières sont beaucoup plus contrôlées.

Ensuite, repenser la souveraineté économique de notre pays pourrait être judicieux, de sorte que le gouvernement français puisse prendre des décisions indépendamment des décisions prises par les autres en temps de crise afin d’agir plus rapidement. La France est aussi trop dépendante des pays producteurs, pour la fabrication des masques par exemple, ce qui pose un problème de délai.

La conception d’un système de santé plus performant est primordiale tellement il s’est avéré fragile lors de cette crise. On a pu observer l’absence de stocks de masques et respirateurs, l’insuffisance de lits de réanimation et de personnel dans les services, la raréfaction de médicaments et de matériel, etc.

“L’après”

via GIPHY

En France, les recommandations évoquées pour l’après-confinement sont le port de masque, l’annulation de grands phénomènes collectifs, un dépistage à grande échelle, la fermeture provisoire des restaurants, cafés, coiffeurs et écoles… Tant qu’il n’y aura pas de vaccin (prévu par le gouvernement français pour novembre 2021), le virus impactera nos modes vie, de consommation et de travail avec comme solutions :

  • Le télé-travail
  • La télé-médecine
  • L’e-gouvernance
  • La consultation en ligne
  • Des cours et du travail par correspondance
  • Les cours en Visioconférence
  • Le port du masque
Employé en télé-travail
Employé en télé-travail

Néanmoins, cela renforce les inégalités entre la population puisque certains n’ont pas accès à Internet ou possèdent une mauvaise connexion, n’ont pas de matériels technologiques performants ou possèdent un travail impossible à réaliser en télé-travail.

À la sortie de la crise, de grands bouleversements sont prévisibles tant au niveau économique que politique, dans le domaine social, technologique et environnemental. Et cela impactera probablement la mondialisation, l'”Etat providence” et le monde entier.

Malgré que notre système soit sans doute le plus performant que l’on ai connu, il convient de réfléchir à un autre système politique et économique qui pourrait mieux gérer les pandémies, qui sont de plus en plus fréquentes, et la crise climatique ? Est-il vraiment judicieux d’enclencher une démondialisation ou faut-il plutôt trouver un équilibre entre libre-échange et protectionnisme ?

Sauver l’Humanité avec un Donut?

La théorie du Donut de Kate Raworth pourrait bientôt transformer notre système économique, sauver l’Humanité et notre environnement tout en favorisant la justice sociale.

Pourquoi choisir d’étudier à la Sorbonne ?

La Sorbonne est une prestigieuse université française reconnue à l’international. Elle fait partie des plus vieilles universités du monde. Son Histoire débute au Moyen-Age.

Les “Parcoursup” étrangers sont-ils plus performants qu’en France ?

La Cour des comptes montre que Parcoursup est peu efficace, bourré de failles et que la protection des données des élèves est très fragile. Voyons comment se passe l’admission post bac à l’étranger.

« Le jour d’après, quand nous aurons gagné, ne sera pas un retour au jour d’avant »

La notion de démondialisation fait beaucoup débat en ces temps de pandémie. Les élites remettent en question cette organisation qui se révèle en réalité plus fragile que ce qu’on pensait. Il a suffit d’une épidémie en Chine pour suspendre presque tout le système commerciale international…

12 000 satellites, la 5G partout, mais à quel prix ?

Le projet StarLink désigne les satellites de télécommunications positionnés sous orbite terrestre basse d’Elon Musk. L’objectif est de proposer un accès internet à haut débit dans le monde entier, partout, vraiment partout !

Quand la Chine dépasse Black Mirror

Une surveillance de masse, des caméras de surveillance à reconnaissance faciale, des citoyens notés par le gouvernement, Black Mirror devient réalité en Chine.

Non, ce n’était pas mieux avant !

“Malgré ce que nous racontent les actualités et diverses autorités, le grand récit de notre ère, c’est que nous assistons à la plus importante amélioration des conditions de vie que le monde aie connue.”

150 français tirés au sort proposent des lois pour réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici 2030

Le peuple français demande une meilleure intégration aux décisions du pays. La réintroduction d’un équilibre est indispensable. C’est dans cet élan que la convention citoyenne à vu le jour avec un enjeu crucial : le climat.

On ne sait pas ce qu’il se passe, personne le sait

La population mondiale est menacée par le virus et l’économie mondiale est en déclin. Malgré des mois de recherches sur le Covid-19, nous en savons encore très peu…

Populisme, la nouvelle menace mondiale

A l’heure où la politique est de plus en plus technocratique et où les citoyen se sentent abandonnés par leurs élites politiques, le populisme est en essor un peu partout dans le monde.

Fake news, infos déformées, rumeurs, cris au complot et conformisme, comment s’en libérer ?

Aujourd’hui avoir un esprit critique n’a jamais été aussi important. Sur les réseaux-sociaux, on assiste à un défoulement d’informations, entre fake news, informations déformées, rumeurs et cris au complot, les gens ne prennent pas le temps de vérifier leurs sources ou prennent un malin plaisir à répandre de fausses informations…

L’Homme, un être obéissant ?

Tu penses que tu n’obéiras jamais à un ordre immoral et contraire à tes valeurs ? 65 personnes pensaient la même chose avant de se porter candidat pour le jeu télévisé “jeu de la mort” inspiré de l’expérience de Milgram (1963).

Les représentants politiques n’abusent-ils pas du secret ?

Nous entrons dans une ère de transparence, qui semble sculpter tous les aspects de notre vie. Mais qu’en est-il du secret en politique ? Faut-il abolir tous secrets politiques au nom de la totale transparence ou existe-il encore des secrets essentiels à la continuité de la démocratie ?